Peu de professionnels sont aussi mobiles que les policiers. L'utilité la plus perceptible pour la société - la sécurité - vient des policiers lorsqu'ils marquent les rues de leur présence. Les appareils mobiles tels que les téléphones intelligents et les tablettes contribuent à augmenter l'effi cacité des forces d'intervention. Un conflit naît toutefois alors entre protection des données et convivialité. La police cantonale de Zurich l'a résolu grâce à des systèmes informatiques modernes.

Les policiers exercent un métier très particulier. Ils ont pour tâche d'assurer la sécurité et la liberté des citoyens. Pour ce faire, ils reçoivent des pouvoirs qui vont bien au-delà de ceux des citoyens ordinaires et sont strictement réglementés par des directives. Ces fonctionnaires doivent en outre, à des fi ns de contrôle, documenter leurs activités de manière très détaillée. D'une part, les forces d'intervention doivent donc avoir en permanence toute une série de règlements à portée de la main et, de l'autre, passent trop de temps pour travailler sur leurs missions une fois de retour au bureau.

Pour rendre plus effi cace le travail de ses effectifs, la police cantonale de Zurich est entrée dans l'ère de l'informatique mobile en lançant les projets MAUS (pour " Mobile Applikationen und Services ", services et applications mobiles) et Rapportierung+, et en équipant ses forces d'intervention sur le terrain avec des iPad et des iPhone. " Notre objectif était de rendre plus effi cace et plus simple le travail des policiers sur le terrain en leur offrant un accès plus rapide et plus direct à l'information ", explique Martin Strasser, chef de projet informatique à la police cantonale. " La nouvelle infrastructure leur permet de réaliser des contrôles ciblés et de saisir des données directement sur le terrain, évitant ainsi le travail de saisie ultérieur et fastidieux au bureau. "

Synchronisation sûre des données au moyen d'une app iOS

Il est évident que les terminaux mobiles d'un corps de police doivent bénéfi cier d'exigences en matière de protection des données particulièrement sévères sur le terrain. La police cantonale de Zurich a complété son système de gestion de la mobilité d'entreprise (GME ou EMM), qui est basé sur MobileIron, en lui adjoignant une solution de gestion des informations sur mobiles (GIM ou MIM). L'accès se fait au moyen de l'app iOS Acronis Access par l'infrastructure de base MAUS existante. Pour ce faire, l'app Acronis a été entièrement intégrée dans le système de gestion des appareils mobiles. Cela permet un accès par mobile et une synchronisation hors ligne de documents sur les appareils mobiles, à la fois simples et sûrs.

L'app offre la possibilité de synchroniser des dossiers entiers sur l'appareil mobile, comme, p. ex., le dossier des piquets Brandtouren, et de les y stocker avec un chiffrement de bits AES-256. Cela permet d'utiliser les données même sans liaison avec le centre de calcul de la police cantonale. L'authentifi cation pour l'accès se fait sur la base de certifi cats avec authentifi cation à 2 facteurs, et le contrôle de l'accès au système de gestion de documents sur la base d'un concept d'autorisation à rôles.

En cas de besoin, les forces d'intervention peuvent faire des recherches sur la base du nom de fi chier dans les dossiers et sous-dossiers. Il est également possible de faire des recherches dans les fi chiers PDF. La synchronisation des appareils mobiles sur l'espace de stockage du corps est empêchée techniquement. " La décision d'utiliser des appareils iOS s'est avérée être la bonne pour nous ", explique Martin Strasser. " Les utilisateurs ont très vite maîtrisé la solution. Grâce à la poursuite du développement des technologies mises en oeuvre, nous avons en outre pu améliorer nettement la sécurité sans pour autantnuire à la convivialité. "

Travailler de manière plus ciblée, éviter les saisies multiples

Grâce à l'infrastructure MAUS et à l'utilisation d'iPhone et d'iPad, les fonctionnaires peuvent rendre leur service nettement plus efficace. Ces services modernes leur permettent d'obtenir des informations directement sur le terrain, facilitent les contrôles ciblés grâce à la disponibilité immédiate d'informations et permettent de mettre à profit les temps d'attente, qui ne sont pas rares sur les lieux d'accident ou de crime, pour saisir des données, ce qui réduit les temps de travail de bureau après l'intervention. La conclusion de Martin Strasser: "En collaboration avec Abraxas, la police cantonale a réalisé en très peu de temps un système qui assiste au mieux la police dans son travail. Le système est aussi extensible et les applications se commandent toutes de manière similaire. En deux mots: Nous sommes très satisfaits de ce que nous avons réalisé."

Contenus associés